Nulle part.


Ils se contentent des belles rencontres,
et des trésors éphémères
glanés en route.


Ils tentent de garder quelques traces
des aventures théâtrales passées,
des projets en cours,
des rêves qui ne verront peut-être jamais le jour.


Ils se font l'écho
des poètes et des non-poètes,
des amis et des inconnus,
de ceux dont la démarche est empreinte d'amour.


Ils nous rappellent que le monde
n'a que faire de notre ego-sur-blog...
Que, sans être de marbre (ni de bois)
il s'agit juste de mettre nos chaussures et de sortir.

En forêt... s'il fait beau.

Dans la jungle... s'il le faut.