Assis sur des billes de bois, à quelques arpents du chantier médiéval de Guédelon, nous sommes invités par la Compagnie Bleu Nuage à vivre une drôle d'expérience : entrer en « apesanterie »...
- Apesanterie ? Plaisanterie ? Néologisme ?
- Faut voir. Pour le découvrir - sans nous appesantir - si on jouait au jeu du dictionnaire ? Une définition de l'apesanterie, ce serait quelque chose comme :

Apesanterie n. f.
1. Absence de gravité, légèreté. « Un rire blagueur, et aussitôt la gravité s’en fut, laissant place à l’apesanterie. »
2. FIG. L’Apesanterie, spectacle à la découverte de la potion anti-gravité. Syn. Elixir de Feu.

Mais revenons dans notre clairière.

À la découverte de la potion anti-gravité

Pschhhhttt… Attention, ça commence.
Parmi son attirail brinquebalant et ses ustensiles hétéroclites se tient un être étrange. Mi-gueux, mi-mage. Un fou - qui se met au défi de déjouer la gravité !
Bon. Gravité ou pas, il exerce une réelle force d’attraction sur le public. L'assemblée se presse, de plus en plus nombreuse. Restons sur nos gardes : ce spectacle contient, paraît-il, des principes actifs dont on ne connaît pas au préalable tous les effets…

L’alchimie, science hermétique ? Pas pour nos zygomatiques !

Déchu peut-être d’un grand chêne, faisant fi des symboles, fi des rites ancestraux, il laisse libre cours à son imagination. Et il tambouille, au petit bonheur, tirant d’un grimoire jauni des recettes improbables…

Par sa gestuelle et ses mimiques, il invoque les forces célestes. Profère des incantations dans un grommelot qui semble être sa langue maternelle - mélange d’improvisation débridée, de yaourt bulgare, que sais-je encore ? - et l'illusion opère. Le langage poético-comique du corps s’allie à la magie. Le cocktail promet d’être explosif... au sens propre, s’entend.

Bateleur rêvant de se transformer en grand sage ou en corps céleste, le drôle se casse le nez sur cette maudite matière qui résiste. Echappé de sa guitoune - d'où sortent des fumées suspectes -, il s’évertue à résoudre l’énigme de la transmutation. Et s'y emploie de mille façons...

Mécanique des fluides, poudre aux yeux et lévitation

Dans son creuset, un liquide rouge vire soudainement au vert ; un tas de bois par enchantement s’enflamme ; d’un arrosoir coule un jet de feu, qui dessine au sol d'incandescentes arabesques. Notre équilibriste jongle aussi joyeusement avec l’eau qu’avec les flammes, les couteaux ou les flacons de verre. Ses liquides volatils se métamorphosent en flocons de neige (sous un soleil de plomb !) ; à travers une loupe, la chaleur des rayons met en branle un système alambiqué de poulies et de crochets ; suspendue à un fil, une fiole descend par à-coups. Le tintement d’une cloche rythme la cadence. Hypnotique.

Une bouilloire déverse un élixir magique dans un flacon. Le flacon flotte dans les airs. On n’y voit... que du feu. Goûterons-nous l’élixir de longue vie ? L'apprenti sorcier boit le premier. De son godet s’échappe une mousse verdâtre. Hoquets. Spasmes. Grimaces. Rictus. L’assemblée retient son souffle : va-t-il entrer en transe ? Se pétrifier ? Re-rictus, re-hoquet... finalement, ça fait du bien par où ça passe, on dirait. La potion possède visiblement des vertus régénérantes : s’il ne gagne pas encore les cieux, notre laborantin qui n'a pas froid aux yeux semble... planer. Ah, les délices de l’apesanteur ! Ça y est. Il lévite.

Mais déjà c’est fini. Et le mystère demeure.

Les miracles auxquels nous venons tous d’assister n’étaient-ils qu’illusion ?
Qu'importe.
En vérité, si ces expériences ne nous ont rien dévoilé d’occulte, elles nous auront peut-être révélé un secret de jouvence. Car il se pourrait que ce soit cela, la fameuse transmutation spirituelle promise par l’alchimie : l’immortalité... grâce à l'hilarité. Depuis le temps qu’on nous répète que chaque éclat de rire augmente notre espérance de vie !

L’alchimie ?
Presque un jeu d’enfant, on vous dit.