Elle sort de la maison.
Aux premières lueurs du jour. En manteau de laine et col roulé.
L’odeur des arbres, de la terre. L’herbe mouillée.
Le pré en écharpes de brume, le ruisseau...
Elle pénètre au cœur du village. Et là, rue de l'abreuvoir : ouvre la porte, entre dans l'atelier.

IMG_2037_Abreuvoir.jpg

Elle prépare ses pinceaux.
Se dit que, s’il fallait ne retenir qu’une mission pour l’artiste, ce serait de faire sortir la part d’humanité vraie enfouie en chacun. En réveillant les consciences ; en faisant éclater les vernis ; en prêtant attention aux sensations et à l’intuition ; en restaurant, surtout, la confiance en l’Amour.


Persona.JPG

" Ce tableau d'Emma Ash est un compagnon. Je le salue chaque matin. C'est une toile habitée. En quelque sorte, le prolongement de ma rencontre avec cette femme peintre. Rencontre faite de confrontations sans concessions, et pas toujours sans heurts. Ce tableau a ouvert en moi un questionnement d’une grande richesse. Questionnement sur ma vie, mon rôle ici, ma propre capacité à créer. Il m’offre un dialogue avec mes peurs, au cœur de mon intériorité. Il me rappelle que j'ai à mes côtés une amie, une sœur. Qui me dit : « Vis, maintenant ! » "

Sur la toile, elle laisse advenir les personnages et les signes, les couleurs… Parfois le pinceau emprunte le chemin de son vécu, et pourtant c’est notre histoire la plus intime qu’il nous raconte alors.
Choisir un tableau d'Emma, l'accrocher dans sa maison et s'en souvenir quand on se promène au-dehors, c’est l'emporter avec soi, c'est accepter d’être face à soi-même, face à l’infini des possibles. Ces tableaux sont des peintures-remèdes. Oui, ils peuvent aider celui ou celle qui les contemple à s’ouvrir à une nouvelle liberté, sans entraves. Ils donnent à voir l’invisible et le caché.
Si certains matins ou certains soirs ils vous regardent, s’ils vous semblent vivants, soyez sans crainte. Vous n’êtes pas fous : ils sont vivants.
Pour le meilleur…